Ne pas masquer si la portée est vide

• 10 Juin 2020 - 15:46

Bonjour,

Je remarque qu’en cochant la case « Ne pas masquer si la portée est vide » dans les propriétés d’une portée, elle est quand même masquée lorsqu’elle est vide, contrairement au réglage désiré. S’agirait-il d’un bogue, ou aurais-je oublié une manœuvre supplémentaire obligatoire ?


Commentaires

En réponse à par lucha

J'ignore s'il s'agit d'un bug mais il semble que si une portée du système contient des notes ( ne serait-ce qu'une seule ) cette option n'est pas active. L'intérêt de cette option serait donc de forcer à montrer une ou des portées quand toutes les portées du système sont vides afin de visualiser ce système.
De la même manière si toutes les portées sont vides, malgré "Masquer les portées vides dans les systèmes" coché, et cette option non utilisée ( i.e. "Ne pas masquer si le système est vide" ) au moins une portée vide reste visible afin de "matérialiser" le système.
Edit : une image explique mieux...
 
Portées masquées.png

En réponse à par Miré°

Le point que vous soulevez est tout à fait judicieux. On peut donc en conclure qu’il ne s’agit pas d’un bogue, mais plutôt d’un manque de prévoyance pour les claviéristes. Car l’option choisie convient parfaitement à l’orchestre, mais se révèle problématique pour les instruments à clavier en solo, dont l’affichage d’une seule portée n’est pas admis.

En réponse à par lucha

Effectivement un coté mal pensé de cette fonctionnalité; Mais comme l'a signalé Cadiz dans ce post similaire : https://musescore.org/fr/node/296762#comment-957210 il suffit de placer une note de voix 2, 3 ou 4 ou un texte de portée ( une simple lettre suffit ) et de rendre cet artifice invisible pour contourner le problème.
( NB : voix 2, 3 ou 4 car la note en voix 1 "casserait" alors la pause de la mesure ce qui serait disgracieux ; ).

En réponse à par Miré°

Bien sûr, un élément invisible en voix 2 contourne le problème. Toutefois, ce bricolage devient une réelle galère lorsqu’il s’agit de construire la mise en pages. Car en corrigeant des sauts de système en amont, les éléments invisibles changent bien évidemment de place et on peut se retrouver constamment dans l’obligation d’en créer de nouveaux.

Comme pour la question de l’orthographe enharmonique souvent inadéquate proposée par défaut lors de l’encodage, les claviéristes sont moins bien servis que les autres. Mais cela reste un excellent programme…

En réponse à par lucha

"ce bricolage devient une réelle galère lorsqu’il s’agit de construire la mise en pages. Car en corrigeant des sauts de système en amont, les éléments invisibles changent bien évidemment de place et on peut se retrouver constamment dans l’obligation d’en créer de nouveaux."
C'est un conseil maintes fois répété. Ne faites pas de mise en page en cours de route (en cours de saisie). Saisissez la totalité de votre partition, ajoutez tout ce qu'il y a à ajouter (textes et autres), mettez en page (échelle, marges etc.) , et enfin, terminez par ces fonctions de portées vides. Ce ne sera plus une galère, juste un petit inconvénient voire un simple contretemps (ce n'est rien d'ajouter une simple lettre en voix 2 et de la masquer)

En réponse à par cadiz1

Je ne fais jamais de mise en pages pendant la saisie. Le problème que je pose reste entier une fois la saisie des notes terminée. C’est à ce moment qu’on découvre des portées qui ne doivent pas être masquées et qu’il faut bricoler. Mais lorsqu’on doit corriger une mise en pages AVANT les ajouts de notes cachées, celles-ci changent de système. C’est là que se situe le problème.

En réponse à par lucha

Ce n'est vraiment contraignant que pour les partitions "lourdes" ( un grand nombre de pages ). Effacer une note ou un texte devenu inutile et les replacer ailleurs n'est quand même pas si gourmand en temps dans une partition de 3 ou 4 pages, il n'y a quand même pas une quantité significative de modifications à faire.
La mise en page des partitions est toujours le moment le plus "barbant" de leur rédaction ne serait-ce que pour la pertinence des tournes qui crée bien plus de problèmes de structure des pages qu'ajouter et/ou supprimer une note invisible dans une portée vide... qui doit rester visible.

En réponse à par Miré°

Nous sommes d’accord que ce n’est pas grave pour une partition de 4 pages. Mais, je ne suis jamais dans ce cas de figure… Quant aux portées qui sont visibles ou pas, cela peut changer considérablement la mise en pages, car des systèmes plus ou moins épais permettent — ou ne permettent pas — d’en ajouter sur la même page. Et là, ça change tout pour la dernière page.

En réponse à par lucha

MuseScore est doté de pas mal de moyens pour résoudre les problèmes "d'épaisseur" des systèmes. J'avoue que depuis les versions 0.9.x de ce logiciel je n'ai jamais eu de difficultés à caser mes systèmes dans les pages tout en gardant l'alignement dans les pages en vis à vis et sans mettre un temps irraisonnablement long. Pourtant les vieilles ( antiques ? ) versions ne disposaient pas forcément des fonctions pratiques d'aujourd'hui ou elles étaient fortement buguées et demandaient quelques "accrobaties" pour être utilisées. Mais j'admets que les instruments à portées multiples ne devraient pas voir disparaître leurs portées quand l'une d'elle n'est pas vide dans le système. J'ignore, à ce jour, si sur l'issue tracker une requête dans ce sens a été faite...

En réponse à par Miré°

Miré, votre commentaire m’intéresse. Jusqu’ici, je n’ai trouvé que des réglages globaux dans STYLE -> PAGES, ou individuels pour augmenter les espaces. Toutefois, je n’ai pas (encore) trouvé d’outils permettant de condenser verticalement les systèmes. Avez-vous une astuce ?

En réponse à par lucha

Déjà réduire l'échelle dans les paramètres de la page. Cela agit sur la dimension de tous les éléments de la partition mais donne ( pas toujours malheureusement ) un peu plus de latitude pour faire entrer un système dans la page plutôt que de le voir "fuir" dans la page suivante.
Ensuite dans la palette des sauts et espacements un outil mal connu ( et mal nommé ) "l'espace fixe vers le bas entre portées" qui permet de forcer la réduction de l'espace entre 2 portées d'un système ( n'affecte donc pas le réglage du style dans les autres systèmes ).
Il est également possible, lorsque des mesures sont rétives à remonter dans le système ou la page précédente d'agir sur "l'étirement de la mesure" ( en le réduisant ) dans les propriétés de celle-ci ; on agit sur plusieurs mesures du système si nécessaire ).
Bref ! il y a plusieurs moyens, en agissant et les combinant avec pertinence, pour atteindre son objectif.
MuseScore permet de fignoler et personnaliser nos partitions à notre guise sans être une "usine à gaz" comme ses confrères, la raison sans aucun doute de son succès.

En réponse à par Miré°

Merci mille fois pour ces précisions. Je n’avais pas compris cet outil dont l’appellation « espace fixe » est en effet inappropriée. Le reste, je le maîtrise déjà passablement, mais il est vrai que MuseScore est plein de ressources à découvrir de façon progressive.

Une dernière question : existe-t-il un réglage qui permette de justifier les systèmes verticalement ? J’entends par là d’imposer que le système du bas soit toujours contre la marge inférieure, comme c’est le cas pour le système du dessus contre la marge supérieure ?

En réponse à par lucha

Hélas non ! et ça m'arrangerait pourtant bien ; )
Il faut jouer avec pertinence sur tous les paramètres de "Style>Page" et on ne peut vraiment affirmer que c'est très pratique mais si on veut un bon équilibre et une bonne esthétique des pages tout en gardant une bonne lisibilité... c'est le passage obligé.

Do you still have an unanswered question? Please log in first to post your question.